Il y a ici une impression de lenteur, d’éloignement, d’étrangeté au mon des hommes ordinaires qui fait penser à l’éternité à l’infini (Jean-Marie Le Clézio)

Le Trail de Rodrigues : le Marathon de l’Eden (44 km – 2100 m D+ – 2050 m D-), le Trail du Solitaire (22 km – 1100 m D + – 1065 d-), le Trail du Gecko (445 m D + – 425 m D-) et le Trail de la Tortue (7 km – 100 m D + – 263 D-) ?

Située à 560 km à l’est de Maurice, l’île Rodrigues s’étend sur une longueur de 18.3 km et une largeur de 8 km, le long d’un large plateau sous-marin. D’origine volcanique comme Maurice et La Réunion, elle est essentiellement formée de coulées basaltiques. Baignée d’un immense lagon (deux fois sa surface) peu profond et très riche en corail, Rodrigues a un relief montagneux dont le point culminant est le mont Limon à 393 mètres.
Le paysage rodriguais est particulièrement changeant. De la plage déserte, on passe à des champs cultivés en terrasse et, au dessus des vallées, aux forêts abritants la chauve souris blonde, unique au monde.
Longtemps isolées, la cendrillon des Mascareignes offre ce charme du bout du monde où le temps s’égrène paisiblement. Elle possède au sud, de grandes plages de sable blond, sur un vaste lagon semé d’îlots. Bien que située en dehors des grandes lignes maritimes conduisant les navires d’Europe ou d’Afrique en Asie, Rodrigues a tout de même été le théâtre de plusieurs naufrages. Ses récifs et les hauts fonds recèle aujourd’hui encore des épaves 8Le Clytemnestra en 1870, le White Jacket et Le City of Venice en 1871, le Clare Sayer en 1923 et l’Amiral Nevelskoï en 1997) pour ne citer que quelques uns.